Automne

de Paul Verlaine
Les sanglots longs
     Des violons
Bléssent mon coeur
     D'une langueur monotonne.

Tout souffocant, et blème,
     Quand sonne l'heure
Je me souviens des jours anciennes
     Et je pleure.

Et je m'en vais
     Au vent mauvais
Qui m'emporte de çá, de lá,
     Pareil à la feuille morte...